Pierre Ménoret

 

 

…Pierre Ménoret est de ceux qui honorent la chanson française…
Jacques Chancel

notes

…Cette chanson «La Bretagne», je l’écoute les mains jointes et les larmes aux yeux…
Angela Duval

notes

...Les amours, l'amitié, les plaisirs, le rêve, la forêt, les pierres, la mer, le vent, les regrets et la mort, l'espoir et la prière.... Son registre est celui du cœur - une voix chaude et prenante fait le reste....
Yves-Marie Rudel

notes

Pierre Ménoret. Toujours porteur de textes finement ciselés
Comme à son habitude, Pierre Ménoret a honoré, vendredi 28 août, son rendez-vous locquirécois, marqué par une grande courtoisie et un maximum de conscience professionnelle. Pour l'artiste, pas de hiérarchie entre les lieux où il se produit, toujours autant de souci à fondre les mots choisis en un délicat tableau, toujours autant d'âme, toujours autant de poésie...
Sur la presqu'île, il garde nombre d'inconditionnels: ce qui fait que, sans grand tapage, on dirait même en toute discrétion, il réunit immanquablement dans l'église Saint-Jacques un public définitivement sensible à ses choix d'expression. Le temps qui passe semble n'avoir que peu de prise sur Pierre Ménoret, toujours porteur de textes finement ciselés, d'une langue si pure qu'elle en paraîtrait aujourd'hui un rien désuète, et d'une ligne mélodique lancinante, dont les racines remontent aux temps lointains de la vielle et des ménestrels moyenâgeux. L'homme vibre avec son pays breton, l'homme souffre avec lui, l'artiste est... son pays.
Le télégramme - Août 2009
notes

…Dans l’église de Sein, il a chanté et tout s’est transformé. J’aurais voulu que nous soyons des milliers car j’aime à partager mon bonheur. Il assène sa poésie infuse sur un rythme qui n’appartient qu’à lui, hors des sentiers battus, avec des mots qui enrobent le son au point que l’on ne sait plus où s’arrête le texte et où commence la musique…
Et quelle voix, Seigneur ! …Celle qui nous manquait pour dire, sans compromission, les choses de la vie, de la mer, de l’amour.
Les choses éternelles. Tant qu’il y aura des hommes…
René Pichavant

notes

Travailleur en consonnes et voyelles, assembleur d’idées qui rassemblent, Pierre Ménoret bâtit ses textes avec la patience du mosaïste, les mots élus faisant jaillir les images en gerbes. Écoutez avec bonheur et délectation le chant intemporel d’un homme debout qui véritablement en effet «ressemble à liberté»
Michel Bombart

notes

Page 2 - Page 3