Pierre Ménoret

 

 

Cette voix saura, un jour, dire aux petits-enfants le vrai bonheur de l’homme.
Armor Magazine

notes

... Avec Pierre Ménoret chaque chanson est un poème qui se suffit à lui-même, à tel point que l’on peut indifféremment le chanter ou le déclamer sans musique... Maître de ses moyens, sûr de ses qualités vocales, il traduit des choix profonds.Les images ont de la richesse, de la force et de l’amplitude. Entre la légende, le rêve et le tangible, on croît entendre les vagues de la mer, on perçoit l’ivresse de l’aventure...
«Les nouvelles de Bretagne»

notes

…Des textes et une voix remarquables.
Un travail de scène qui permet au tour de chant de prendre des proportions inhabituelles !!…
Sur des musiques choisies, riches d’une âme, d’une authenticité et d’une vision du monde qui se plaît encore à célébrer la naturalité de l’homme, il est fidèle à lui-même, à sa famille, à ses musiciens et à ce verbe qui le hante….
Pierre Ménoret….une chanson superbe !!!…
André-Georges Hamon (Voix de Bretagne)

notes

Avec une voix mystérieuse et profonde et un verbe qui sent bon l’écume et l’air marin de sa terre natale, Pierre Ménoret chante plus que jamais son bonheur d’exister. Il a plongé dans la chanson… sans faire de vague, de remous, simplement porté
par le courant calme, tranquille de son inspiration.
Isabelle Lanthéaume (Le Dauphiné Libéré)

notes

Tout son univers véhicule de pleines brassées d’émotions. Et comme l’ample et régulier mouvement de la marée, la voix se déploie, s’amplifie, gronde, se fracasse sur le vieux granit, puis susurre en venant s’éteindre sur la grève.
Dominique Roger

notes

Accompagné du talentueux Thierry Lefais, Pierre Ménoret n'a pas voulu laisser la saison s'achever sans revenir à Roscoff pour un moment d'exception, soigneusement organisé par Guirec Le Bot. Sa voix a trouvé, sous les voûtes de l'église, les échos propres aux élans d'un coeur meurtri mais capable de sursauts fondés sur l'espérance, le trait principal de son inspiration. Sur le ton de la confidence, Pierre Ménoret a, durant près de deux heures, entraîné son public dans cette aventure poétique marquée de souvenirs, de chaudes amitiés et d'un amour profond pour la Bretagne et la mer. L'auditoire s'est laissé charmer par ce périple jalonné de titres inoubliables comme de créations toutes nouvelles hors des sentiers battus des styles et des genres.
Le télégramme - Août 2008

notes

Dans le tourbillon des musiques qui brouillent le paysage sonore, il y a des rebelles comme Pierre Ménoret, irréductibles à toute concession. Cela donne des années de silence et, parfois, un album hors du temps. Une oasis de sereine nostalgie où coulent des mots de chair, des mots célébrant la mer et la terre dans un même élan d’amour.
Jean Théphaine (Ouest-France)

Page 1 - Page 3