Pierre Ménoret

 

 

…Dans l’église de Sein, il a chanté et tout s’est transformé. J’aurais voulu que nous soyons des milliers car j’aime à partager mon bonheur. Il assène sa poésie, infuse sur un rythme qui n’appartient qu’à lui, hors des sentiers battus, avec des mots qui enrobent le son au point que l’on ne sait plus où s’arrête le texte et où commence la musique…
Et quelle voix, Seigneur ! … Celle qui nous manquait pour dire, sans compromission, les choses de la vie, de la mer, de l’amour. Les choses éternelles. Tant qu’il y aura des hommes…
René Pichavant